Avoir du sexe par webcam

Avoir du sexe par webcam

Vous êtes un futur mugu

Tout le monde ou presque c’est déjà déshabillé devant une webcam pour le plaisir de voir l’autre en faire autant.

Là où le problème ce pose, c’est lorsque vous le faites devant un/une inconnu(e), c’est-à-dire une personne rencontrée dans l’heure. Avec une personne que l’on connait c’est un moment jouissif mais avec un/une inconnu(e) il y a un gros risque. Quel est ce risque ?

 

Ces inconnus sont dans la majorités des cas des africains assis tranquillement dans des cybercafés qui sont là pour vous faire chanter. On les surnommes les brouteurs et vous (les victimes) des mugus. Savez-vous quel mugu vous serez ?

Plusieurs styles de mugu

Il existe plusieurs styles de mugu. Le moins risqué est d’être un mugu victime d’un faux héritage ou un d’un faux gain de loterie. Le plus risqué est d’être victime d’un faux striptease lors d’une séance de sexe par webcam – exemple.

Il y a quelques années, j’ai failli être une de ces victimes. Une fille m’avait chauffé lors d’une discussion par MSN pour que je me déshabille mais je ne l’ai pas fait tout simplement parce qu’elle n’avait même pas de webcam. Mais aujourd’hui les brouteurs se sont perfectionnées. Ils peuvent diffuser n’importe quelle vidéo comme si c’était leur webcam, personne n’est à l’abri. C’est ce qui c’est passé pour cet adolescent breton qui finira par se suicider.

Il existe des cas encore plus grave comme celui d’Amanda Todd où là, il n’est même plus question de mugu …

(A lire également Sur-la-piste-du-tourmenteur-d-Amanda-Todd)

Soyez très vigilant lorsque vous allez avoir une séance de sexe par webcam. Encore plus si vous êtes un adolescent !

Si vous êtes victime

Si malgré tout vous avez était victime de ce genre de pratiques, voici 3 conseils :

  • Ne payez pas la somme que l’on vous demande !
  • Parlez-en à votre entourage et aller au commissariat le plus proche la police
  • Parlez encore à votre entourage car il pourra vous soutenir.

J’ai écris cet article dans le but d’informer un maximum de personnes, notamment les adolescents et ainsi arrêter cette vague de suicides qui augmente de jours en jours.

A ces adolescents je voudrais leur dire : vivez votre vie, prenez du plaisir mais ne vous faites pas avoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.